La Communication Ultra Violente (CUV®)

La communication ultra violente (CUV) est un process de communication élaboré par les thérapeutes français Karole Delmott et Patrick Smart. Cette nouvelle discipline s’inscrit dans un rapport de continuité/rupture avec les études de psychologie sociale menées par l’école de Palo Alto. Selon eux, « c’est grâce à la communication non verbale que nous établissons le mieux notre aptitude à frustrer avec cruauté et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant ».
Cette méthode a été imaginée pour rétablir l’équilibre détérioré depuis les années 1970, où l’empathie et la bienveillance eurent « tendance à s’établir comme modèle de communication dominant sans tenir compte du goût naturel de l’humain à la domination. »
L’expression « ultra violente », en référence au film A Clockwork Orange, évoque le fait de communiquer avec véhémence et agressivité. Nos deux chercheurs s’appuient également sur les travaux de Ray Digger, spécialiste en Méthode de dissuasion Armée et en Psychologie des Comportements Logiques.
Le Centre pour la Communication Ultra Violente (The Center for Ultraviolent Communication CUVC), situé à Juarez au Mexique, théorise également une « communication instinctive » dont les caractéristiques principales sont l’égoïsme, la violence et la fourberie.

Les bases

Pour Karole Delmott et Patrick Smart, le but de la CUV est « de favoriser ses instincts pour dominer l’autre, en laissant libre cours à sa perversité naturelle ».

Les mécanismes de domination sociale sont étudiés afin de permettre le renforcement des comportements violents au sein d’une société. Karole Delmott propose même de placer l’exclusion au centre d’un système politique à part entière. A titre d’anecdote, on peut noter que son frère Nazy Delmott, dit Azy Tartagueul, l’y a initiée dès le plus jeune âge.

Partant du principe que la nature profonde des hommes les porte à dominer leurs prochains, les chercheurs s’interrogent sur notre capacité à embrasser cette méchanceté atavique au point de s’y fondre entièrement. Un monde enfin dépourvu de bienveillance se ferait jour, débarrassé des facilitateurs et autres engeances faussement conciliatrices.

La CUV s’inscrit dans un courant rousseauiste qui revendique le retour à l’état de nature, en considérant l’aspect foncièrement agressif de l’homme. Selon Patrick Smart, « la société pervertit l’Homme en le forçant aux compromis ».

Les études éthologiques de Dan Bourguive enrichissent également la discipline. Dan propose un modèle d’interaction sociale inédit, mimétique des comportements d’agression-soumission observés chez les bonobos.

L’idée principale est donc de rendre à l’Homme sa splendeur, son agressivité et sa supériorité naturelles pour éviter que certains comportements dégénérescents observés aujourd’hui ne prennent le dessus.

Le process

Le process de Communication Ultra Violente ne s’entend que d’une manière univoque : imposer son message en restant sourd à son interlocuteur, quitte à recourir à toute forme de violence nécessaire à l’accomplissement du processus d’humiliation.
Pour que le process fonctionne à plein, il sera loisible de requérir l’attention de son interlocuteur en criant et d’user de menace pour favoriser la dispute. Le sujet CUV-actif pourra également s’immiscer dans l’espace de l’autre (ou espace proxémique) pour le mettre en situation d’inconfort. Jusqu’à ce que la question finale se pose en ces termes, empruntés à Ray Digger : « Alors, c’est qui qui domine ? »

Les étapes de la CUV

Pour imposer sa pensée aux autres, la méthode de la CUV peut se résumer en un cheminement en trois temps :

  1. S’imposer : « Je suis mille fois meilleur que toi ! »
  2. Rabaisser : « Tu n’es qu’une triple sous-merde ! »
  3. Piétiner (verbalement) : « Arrête de chialer ou je t’efface ! »

Pratique de la CUV

Quelques exemples d’échanges en Communication Ultra Violente (CUV) :

1. Classique

– Connais-tu le cinquième article de la Constitution?

– Euh, non, c’est quoi ?

– Si tu ne connais pas, tu fermes ta gueule!!

2. Alternatif

– Connais-tu le cinquième article de la Constitution?

– Pardon ?

– Quand on dit pardon, on la ferme.

Et quand on la ferme, on dit merci.

Et quand on dit merci, on baisse la tête et on se chie dessus !

– Merci !

 

Tu en as assez d’être pris à la légère, de ne pas te sentir considéré à ta juste valeur, en un mot de ne pas être écouté ? Alors rejoins Coach System et viens te former à la Communication Ultra Violente. Tu pourras ainsi briller en société (vernissages, barbecues, apéros dinatoires) et imposer en toutes circonstances tes idées, ta logique et ta vision du monde !

Commentaires

8 Commentaires

  1. Bonjour, auriez-vous des ouvrages de références à conseiller ? Vous évoquez des auteurs mais je ne vois pas de bibliographie, merci.

    Réponse
  2. Cher Marc,
    Merci pour votre légitime commentaire auquel nous nous excusons de ne répondre que tardivement, la période étant chargée en stages et autre formations Coach-System.
    Comme vous le verrez dans la liste qui suit, la bibliographie en matière de CUV est assez fournie, avec pas moins de dix ouvrages de référence dont nous vous recommandons la lecture.
    Restez vivant et vertical (RVV) !

    – La CUV pour les nuls : récuser, ergoter, écraser de Josuah Godmouk, Prinston university Press, 2022.
    – Revenir aux repères primitifs, par Karoll Delmott, Coach-System Ed. , 2021.
    – Hit or Cry, Spit or Die, Center for Ultraviolent Communication CUVC), Juarez Ciudad Edt, 2021.
    – Le piétinement aléatoire de l’autre. Démarche d’égocratie abusive de Katrin Amoul et Ruth Zoppfen, Éditions Pure Perte, 2020.
    – Humilier sans se prendre la tête, une thérapie ultra-violente de John Human, War and Peace Publshing, 2019.
    – L’exclusion comme moteur politique. Essai de CUV sociétale, par Karoll Delmott, Coach-System Ed., 2018.
    – Ma puissance, ta faiblesse de Richie Caporal, Mildiou Editing, 2015.
    – Agression, soumission : L’homme vu au prisme des comportements bonobos, Dan Bourguive, KiliMarch’ Publishing, 2014.
    – Repenser la violence au quotidien, Erwin Birkenstock et Salomé Stradiv’ (trad. Olaf Oliezt et Brut Orkaist), Probst Schreibung 1999.
    – La violence comme exutoire à la pratique thérapeutique, Ray Digger, Édition du Soldat, 1996.

    Réponse
  3. Merci pour ce bel éclairage. Proposez-vous des ateliers de CUV pour répondre à la pression socio-médicale provoquée par la crise sanitaire ?

    Réponse
    • Bonjour Paulus,
      pour l’instant tous nos ateliers d’initiation à la CUV ont été annulés les uns après les autres. Par curiosité, êtes-vous novice ou aguerri en Communication UltraViolente?

      Réponse
  4. Pardon mais c’est une blague ou c’est du premier degré? J’espère que c’est une blague car je vous avoue être profondément choquée : en effet vous vous revendiquez de la CUV mais, sur votre formulaire de saisie je ne trouve que des formules polies du genre « votre adresse email ne sera pas publiép » et gnagnagna. Ou est l ultra violence dans tout ça ?

    Réponse
    • Chère Madame SMECTA,
      petit rappel : la Communication UltraViolente se pratique essentiellement à l’oral. Elle est difficilement traduisible à l’écrit…
      Je me permets tout de même un petit conseil : au regard de votre patronyme, je vous invite à soigner vos aigreurs avant de participer à un de nos futurs ateliers…
      CUVement vôtre.

      Réponse
  5. Je suis extrêmement choqué par le choix d’aligner au centre un texte à caractère théâtral ; cela décrédibilise totalement le propos.

    Réponse
    • S’il y a un endroit où tout est possible, c’est le théâtre.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Share This